Capsule temporelle

C’est l’histoire d’un gamin de dix ans qui passe régulièrement devant la modeste vitrine du très petit magasin d’audio-vidéo de sa commune.

Ce garçon possède un Amstrad CPC à cassette avec son écran monochrome vert et une Game Boy à l’écran pas plus coloré, comment alors ne pas baver devant les image de ce jeu de voitures de course roulant à vive allure dans un décor coloré et cette console le faisant tourner, mix entre une Raie Manta et… rien de semblable à l’époque : l’Amstrad GX 4000 !

Un jour elle sera sienne… Les mois passeront, la console disparaîtra de la vitrine mais restera quelque part dans sa tête un  désir inassouvi d’enfance.

 

Un petit tour en DeLorean et 26 ans plus tard, je tombe sur un vendeur anglais sur Ebay se séparant de palettes entières de cette fameuse console au succès timide (seulement 40 000 exemplaires vendus en France, 150 000 dans le monde) bridé entre autre par une console sortie la même année, la Super Nintendo.

sIMG_3811 (2) [lesgrandszenfants.com]

Capsule temporelle de 1990.

Et me voila 5 jours plus tard enfin en possession de mon précieux, l’enfant en moi pleure de bonheur… puis retourne contrôler mon cerveau comme à son habitude.

sIMG_3814 (2) [lesgrandszenfants.com]

Déception, les manettes sont filaires et ne tirent pas de lasers.

La réception de ce carton me renvoie donc en 1990, c’est ce carton que j’aurai du acheter il y a 26 ans (en Espagne vu les auto-collants de mise en garde mais bon).

A l’ouverture, j’hume la douce odeur de mes années d’insouciance, m’inquiète à la vision d’un câble d’antenne puis pousse un ouf de soulagement en apercevant l’entrée péritel sur la bête.

Une fois le câble adéquat trouvé et la console branchée, il ne me reste plus qu’a savourer cette petite vengeance sur la vie et réécrire un petit bout de mon enfance : « Je n’ai pas eu l’Amstrad GX4000 qui me donnait tant envie ».

La musique démarre, la manette en main je passe l’écran titre puis presse alternativement la touche 1 puis 2… sans action sur mon bolide. C’était oublier que cette console n’est autre qu’un ordinateur Amstrad 6128+ déguisé, il ne faut pas penser « joypad » mais « joystick » : une pression sur le haut de la croix fera enfin crisser les pneus.

sIMG_3842 (2) [lesgrandszenfants.com]

A fond les manettes !

Burnin’ Rubber, je retrouve le jeu qui me narguait enfant. Je comprends aussi mieux le faible succès de la console, comparé à la NES ou Master System c’est propre, par contre face à une 16 bits…

Le jeu reste sympa, la musique entêtante, le désir assouvi, une vrai projection dans le passé.

Le problème : Avec moins de trente jeux sortis et aussi peu de ventes il va être difficile d’amortir le coût de la console d’autant que ces derniers ne sont pas donnés…

Peu importe, le plaisir est là et la nostalgie compense largement l’aspect technique déjà dépassé en 1990 ou la manette d’un autre âge (réussissant tout de même l’exploit d’avoir moins de boutons que celle d’une PC Engine !).

sIMG_3838 (2) [lesgrandszenfants.com]

Ne pas acheter une console « Day One »: Check.

Si vous avez connu cette machine, n’hésitez pas à en témoigner dans les commentaires, sinon il n’est pas trop tard : il n’est pas impossible qu’elle soit présente à Generation Toys 2016 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *